Monastère Saint Silouane

La Sainte Croix

1/8/2021 Mt IX, 1-8 Jn XIX  6-11, 13-20,  25-28,  30-35

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen

Aujourd'hui nous fêtons la Résurrection du Christ bien sûr mais également la croix du Christ ; en fait cette fête de la croix est un souvenir de ce qui se passa à Constantinople en cette période du 1er août où il y avait des épidémies dans la ville et où il fut décidé de prendre le morceau de la croix du Christ qui était chez l’Empereur et de transporter ce morceau dans toute la ville, dans toutes les rues, dans toutes les ruelles pour que tous ceux qui avaient besoin d’être guéris le soient selon la volonté du Seigneur ;

ainsi le morceau de la croix du Christ fut déposé sur l’autel de Sainte Sophie jusqu’à la fête du 15 août. C’est donc le souvenir de cet évènement qui nous amène à fêter la croix aujourd'hui. Aujourd'hui également il y a une fête secondaire, puisque c’est u anniversaire : il y a 31 ans que les fondateurs du monastère arrivaient en ce lieu désertique et quelque peu délabré. Nous rendons grâce à Dieu en cette Liturgie et par nos prières pour ces 31 années pendant lesquelles nous avons pu construire progressivement non seulement les bâtiments du monastère mais surtout construire notre vie spirituelle ; bien sûr cela ne s’arrête pas aujourd'hui, la construction de notre vie spirituelle se fait tout au long de la vie jusqu’à la mort nous le savons bien mais encore faut-il pouvoir la réaliser. Ce n’est peut-être pas pour rien que le Seigneur Jésus a permis que nous commencions la fondation du monastère le jour de la croix ; je dois reconnaître très humblement que je n’y avais pas pensé mais le Seigneur y a pensé pour moi ; et c’est véritablement avec action de grâce vers le Seigneur que nous fêtons cette occasion et de la croix et de la fondation car pour nous, moines et moniales et aussi pour tous les chrétiens la croix est très importante ; nous la portons sur nous, nous la portons sur notre coeur, nous la recevons à notre baptême et nous faisons le signe de la croix très souvent lorsque nous prions, lorsque nous entrons dans l’église, lorsque nous vénérons les icônes non seulement dans les églises mais également chez nous. Pourquoi le signe de la croix est-il important ? Parce que, par la croix, le Seigneur nous a sauvés ; vous le savez bien, nous fêtons cela solennellement à Pâques. A un moment, dans son enseignement, le Seigneur Jésus a dit : « Que celui qui veut venir à ma suite, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive » ; cette phrase nous semble assez dure mais ce que le Seigneur voulait dire - et je traduis, ce n’est pas dans l’Evangile – celui qui veut ressusciter après moi qu’il commence comme moi par prendre sa croix ; cette croix qu'est-ce que c’est pour chacun d’entre nous ? très variable selon nos histoires personnelles mais il y a des moment d’épreuves personnelles, d’épreuves communautaires, d’épreuves familiales, d’épreuves sociales, d’épreuves mondiales. Actuellement nous sommes justement comme à Constantinople dans une période d’épidémie et il est bon que nous priions le Seigneur au travers de sa croix que nous vénérons pour qu’il permette que cette épidémie cesse dans le monde entier où des centaines de milliers de gens souffrent, sont dans la douleur d’avoir perdu leur proche ou meurent ; voilà l’épreuve pour le monde entier mais il y a toutes les autres épreuves qui nous sont proposées : Dieu ne provoque pas la souffrance, jamais, mais Il utilise les épreuves pour nous faire grandir et c’est cela prendre sa croix c’est accepter l’ épreuve qui arrive ; accepter c’est essayer mais avec la grâce du Seigneur de vivre cette épreuve ; sans la grâce du Seigneur, ne nous leurrons pas, nous ne pouvons pas passer l’épreuve mais avec Lui cela devient possible ; c’est pour cette raison que nous prions souvent lorsque l’épreuve arrive, que nous la sentons, que nous la vivons, c’est pour cette raison que nous nous tournons vers le Seigneur : « Aie pitié de moi pécheur et sauve-moi » car nous n’avons pas suffisamment de force spirituelle à cause de notre nature déchue d’une part et à cause aussi de notre faute ; nous n’avons pas suffisamment de force pour passer l’épreuve mais avec le Christ qui nous l’a prouvé par sa propre épreuve en acceptant sa crucifixion - malgré la souffrance que cela lui a causé qui a dû être terrible, difficile même à imaginer pour nous - en acceptant la croix, le Seigneur acceptait de nous sauver ; projet de la Sainte Trinité pour le salut de l’homme : dès l’instant où Adam fut mis sur la terre Dieu projetait déjà d’envoyer son Fils pour le salut de l’homme. Et ce Fils a accepté la décision trinitaire, s’est incarné, a pris notre chair, a subi tout ce que nous subissons à cause de nos fautes ; Il n’est pas tombé dans la faute mais a subi tout le reste.
Amen