Monastère Saint Silouane

Patience

2/2/2021 Lc II, 22-40

A
u nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen
Dans cet évènement que nous venons d’entendre, il y a peut-être deux choses à retenir : la première c’est l’humilité de Jésus, de Marie et de Joseph qui viennent au Temple pour accomplir la Loi ; en effet il était prévu que le premier mâle d’une famille soit consacré au Temple ; ils apportent donc Jésus et offrent, à sa place en quelque sorte, deux colombes, selon la Tradition ; Jésus ne vient pas abolir la Loi, comme Il l’a dit plus tard, mais l’accomplir.
La deuxième chose est assez importante pour nous car c’est l’attitude du vieillard Siméon et de la prophétesse Anne qui nous l’enseigne ; tous les deux ont attendu la venue du Seigneur dans la prière et dans la patience ; ils étaient très âgés et il a fallu beaucoup d’années avant qu’ils voient leur espérance s’accomplir ; cette patience du vieillard Siméon est pour nous un modèle car, il faut bien le reconnaître, il y a des moments où nous sommes impatients, impatients parce que, par exemple, nous ne parvenons plus à prier comme nous le voudrions ; pour des raisons différentes pour chacun d’entre nous, soit à cause du péché, soit à cause de la fatigue ou de la maladie, nous ne parvenons plus à prier autant qu’il conviendrait mais il nous faut être patients ; il faut demander régulièrement au Seigneur sa grâce pour retrouver ce lien avec Lui, redemander encore et encore jusqu’à l’obtention de cette grâce ; c’est la même chose pour nos fautes ; il y a des fautes que nous commettons sans cesse, nous avons du mal à nous libérer de ce que l’on peut appeler les passions parce que c’est un péché qui revient très régulièrement et dont on ne parvient pas à se libérer ; là aussi il nous faut aussi beaucoup de patience : attendre mais ne pas attendre que tout se résolve tout seul, attendre que le Seigneur réponde à notre supplication, qu’il nous enlève cette tentation dans laquelle nous tournons, de manière à être en correspondance avec ce qu’il attend de nous. Oui, il faut beaucoup de patience ; Il faut beaucoup de patience pour acquérir les différentes attitudes correctes que nous devons avoir vis-à-vis du Seigneur, notamment respecter ses commandements : aimer, aimer Dieu, aimer notre prochain, aimer le Seigneur Jésus, avoir une relation de plus en plus intense avec Lui et cela se fait avec le temps et selon la volonté de Dieu ; nous ne pourrons pas acquérir toutes les vertus nécessaires d’un seul coup ; nous en recevons la capacité au baptême, notamment par la chrismation, mais ensuite l’obtention et la pratique de ces vertus viennent progressivement dans la vie et c’est là où il nous faut savoir attendre. Prenons l’exemple de l’humilité qui est certainement l’une des vertus les plus difficiles à acquérir mais il faut sans cesse se remettre au travail pour être humble : accepter les remarques, le mépris quelque fois ou bien une correction qui est juste mais qui nous fait du mal ; accepter tout cela avec la grâce de Dieu ; il nous faut demander, comme certainement le vieillard, à pouvoir obtenir ce que nous désirons ; ce vieillard l’a obtenu à la fin de sa vie et son désir était si grand qu’il n’a eu aucune difficulté pour reconnaître que Jésus était bien Celui qui venait sauver le monde et cela lui suffit ; maintenant il peut s’en aller, il peut mourir car il a vu la venue du Seigneur sur cette terre. Pour nous, c’est un peu la même chose mais au travers de notre quotidien, au travers de nos faiblesses avoir la patience, bien sûr travailler à cette attente, à cette lutte contre nos fautes et aussi demander au Seigneur, Le supplier de nous en libérer ; si nous sommes dans la patience, un jour ou l’autre nous nous apercevrons que nous sommes exaucés.
Que Dieu, que le vieillard Siméon et la prophétesse Anne nous accordent la grâce de cette patience indispensable

Amen