Monastère Saint Silouane

Esprit-Saint

16/6/2019 Jn VII, 37-52, VIII, 12
Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen
Lorsque le psalmiste s'exprime ainsi : « Dieu, Toi mon Dieu, je te cherche dès l’aurore, mon âme a soif de Toi, après Toi languit ma chair, terre sèche, altérée, sans eau », il exprime sans aucun doute ce désir de goûter la plénitude de Dieu ; il a soif de Dieu. Or le Seigneur Jésus nous a proposé – nous l'avons entendu – de recevoir l'eau vive et cette eau vive c'est Celui que nous fêtons aujourd'hui solennellement, le Grand Saint-Esprit, troisième personne de la Sainte Trinité ; le Saint-Esprit par qui il nous est possible - et uniquement par Lui – d'entrer en relation avec le Père et le Fils ; c'est Lui qui ouvre notre cœur et notre âme à cette communion avec le divin, avec notre Dieu. Un des qualificatifs de l'Esprit-Saint est « Consolateur » et oui, nous avons besoin souvent, très souvent de consolation, de consolations pour des raisons diverses parce que nous pouvons nous trouver dans un état de tristesse suite à un événement douloureux vécu dans notre famille, dans notre société, dans notre communauté, dans notre diocèse et puis il y a aussi une certaine tristesse qui naît en nous à chaque fois que nous commettons une faute, un péché, une chute et l'Esprit-Saint est là pour nous introduire à la miséricorde de Dieu, pour ouvrir notre cœur à cette miséricorde, à cet amour sans condition ; c'est l'Esprit d'amour, l'Esprit de vérité car Il nous mène à la vérité ; sans Lui nous ne pouvons connaître le Christ-Jésus comme nous devons Le connaître ; nous ne pouvons appréhender le mystère trinitaire sans le Saint-Esprit. Alors nous avons besoin de Lui ; c'est pour cette raison qu'après les agapes nous aurons les Vêpres « de l'agenouillement » qui nous permettront de dire ces longues prières qui s'adressent à l'Esprit-Saint pour qu'Il vienne, qu'Il vienne en nous, qu'Il nous habite, qu'Il soit l'habitant principal de notre cœur et qu'Il nous permette ainsi d'ouvrir ce cœur à l'amour de Jésus, transmission de l'amour du Père, amour éternel. C'est une grande grâce que de pouvoir, tous les ans, recevoir à nouveau la visite de l'Esprit-Saint. Certes nous l'avons reçu lorsque après notre baptême nous avons reçu la chrismation, les dons du Saint-Esprit mais nous avons besoin de réactualiser sa Présence et ce qu'Il nous offre car, à cause de nos faiblesses, nous perdons quelquefois la grâce de cette Présence. Par cette fête que nous célébrons aujourd'hui, il nous est donné la possibilité de recevoir à nouveau, en plénitude la grâce de l'Esprit-Saint, sa Présence, son activité permanente en nous. Alors, alors il est important que nous ayons conscience d'avoir ce désir de l'Esprit-Saint dans le cœur. Car si nous n'avons pas le désir de le recevoir, par la liberté qui nous est accordée, Il ne viendra pas puisque nous ne le désirons pas mais si nous Le désirons, au contraire, Il viendra plus rapide que l'éclair, Il se posera au cœur de notre cœur pour animer, dynamiser, sanctifier notre cœur et notre vie, pour lui donner tout son sens et ce sens c'est la réception de la plénitude de l'amour de Dieu. Je vous ai dit souvent ici que nous sommes des apprentis de l'amour sur cette terre, que nous ne pouvons pas apprendre à aimer sans la présence de l'Esprit-Saint, sans son action salvatrice, dynamisante qui nous éduque à l'amour. A chaque fois, alors que nous n'en avons pas envie nous offrons un sourire à notre frère ou à notre sœur, c'est l'Esprit-saint qui nous a poussé à le faire ; à chaque fois que nous avons dans nos cœurs de la rancune, de la colère ou du jugement et puis que, d'un seul coup, mystérieusement, notre cœur tourne et devient aimant, c'est à cause de l'Esprit-Saint, pas à cause de nous, à cause de l'Esprit-Saint qui transforme notre colère, notre haine, notre jugement, en amour. Il peut tout, absolument tout puisqu'Il est Dieu, troisième Personne de la Sainte Trinité. Alors que notre prière soit une prière fervente. C'est pour cela que nous avons des cierges allumés ; pour nous rappeler que la Lumière du Christ nous a été promise comme la Présence de l'Esprit-Saint. Nous ne pouvons découvrir la lumière du Christ, le chemin qu'est le Christ sans la Présence de l'Esprit-Saint. Alors oui, que notre cœur soit désireux, chercheur de Dieu, chercheur de l'Esprit-Saint, sans cesse, tous les jours. Nous avons la possibilité de réciter cette belle prière : Roi céleste, Consolateur, Esprit de vérité, tous les jours, à chaque instant de notre vie et même si nous ne la disons pas pendant la période pascale pour des raisons pédagogiques, pour que le désir soit davantage excité, pour que notre désir se dynamise, pour que nous ayons cette tension vers cet Esprit dont nous avons besoin. Mais voilà que nous pouvons, depuis hier soir, chanter, dire : « Roi céleste, Consolateur, Esprit de Vérité, Toi qui es partout présent, - partout présent, pas uniquement ici dans cette Eglise et dans ce moment et dans le monde entier – Toi qui emplis tout ; vous comprenez ? Tout : la nature, tous les êtres de la terre -. Viens, purifie-nous de toutes souillures et sauves nos âmes Toi qui es bonté.

Amen.