Monastère Saint Silouane

Remercier Dieu

24/1/2021 Lc XVII, 12-19

A
u nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen
Dans cet Evangile, le message du Seigneur est clair. Il y a en quelque sorte deux messages : le premier auquel nous sommes habitués c’est celui de la miséricorde du Christ qui, voyant ces êtres atteints d’une maladie très grave, rejetés de tous et en les entendant, Il les guérit tous les dix en les envoyant vers le Grand Prêtre pour être vérifiés. Le deuxième message nous est proposé lorsqu’un des dix, un samaritain, un étranger, revient vers le Christ pour Lui rendre gloire et pour Le remercier ; le Seigneur est étonné que, sur les dix, il n’y en ait qu’un seul qui vienne Le remercier d’autant plus que celui-là est un samaritain, un étranger au judaïsme. Alors que veut dire ce miracle pour nous ? Nous demandons souvent au Seigneur de recevoir sa grâce, d’être guéris de telle ou telle maladie physique, psychique ou de l’âme et il arrive que le Seigneur nous guérisse, que nous obtenions la grâce que nous avons demandée. La leçon est : remercions-nous le Seigneur ? Savons-nous Lui dire toute notre reconnaissance, notre joie d’avoir été guéri par Lui ; il y a souvent – je l’ai répété quelque fois ici – il y a souvent beaucoup de petits papiers de demandes pour des malades – et c’est tout-à-fait normal – mais il est très rare, extrêmement rare que nous recevions des papiers pour rendre grâce. C’est là la question que nous pose le Seigneur aujourd'hui. Que fais-tu de ma miséricorde ? Dire merci à Dieu semble pourtant naturel : lorsqu'on nous donne quelque chose, lorsqu'on nous offre quelque chose, nous disons merci à la personne ; mais là, un sur dix ; c’est peut-être la proportion d’aujourd'hui, je ne sais pas ; en tout cas il nous faut trouver les moyens pour remercier Dieu. Vous savez, nous avons beaucoup de moyens ; le premier moyen par excellence est ce que nous sommes en train de célébrer : l’Eucharistie ; le mot Eucharistie veut dire merci, en grec moderne evcharistos, c’est le même mot ; nous rendons grâce pendant deux heures au Seigneur pour le fait qu’Il nous a sauvé, nous a guéri du péché originel mais il y a bien d’autres façons de dire merci au Seigneur : dans la prière toute simple, dans notre chambre, dans notre maison, à l’église bien sûr  mais aussi dans les évènement du quotidien. Je me souviens d’un moine – il y a de cela à peu près 45 ans – qui m’avait dit en mangeant une pomme : « Regarde comme cette pomme est belle », effectivement elle était très belle : ses couleurs, sa forme et puis combien son goût est agréable pour que nous puissions la déguster ; voilà un moyen de rendre grâce, me disait-il, pour la création, pour tout ce qu’Il nous offre : tout ce que nous mangerons, tout ce dont nous disposerons : la nature qui nous permet de respirer un air meilleur lorsque l’on s’y trouve, les fruits, les légumes, tout ; quand nous mangeons, pensons-nous à rendre grâce à Dieu ? Oh bien sûr il y a la prière d’actions de grâce à la fin du repas mais sommes-nous dans une routine de prière ou dans un véritable remerciement à Dieu. Et ainsi pour tant de choses. Il est normal que nous demandions à Dieu du secours. Il nous l’a dit : « Venez à Moi vous tous qui peinez et je vous soulagerai » mais il est normal aussi que nous Lui rendions grâce ; il nous faut être attentifs à cela et c’est un moyen, entr’autre, d’être en présence de Dieu ; nous savons qu’il est difficile de maintenir cette présence de Dieu en nous, à l’intérieur de nous ; nous avons tout le temps dans la journée l’occasion de remercier Dieu et, par conséquent, d’être en relation avec Lui dans l’intimité. Soyons donc vigilants, ne laissons pas passer l’occasion pour rendre grâce à Dieu pour qu’à la fin des temps nous puissions Lui rendre grâce d’une manière définitive lorsqu’Il nous permettra d’entrer dans son Royaume si nous en avons la dignité. Que Dieu nous aide à être vigilants pour Lui dire merci.

Amen