Monastère Saint Silouane

Annonciation humilité

25/3/2021 Lc I, 24.38

A
u nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen
La lecture que nous venons d’entendre nous rapporte un évènement extrêmement particulier et important, je dirais même un évènement surprenant ; en effet, nous ne connaissons pas grand-chose de la vie de Marie sinon qu’elle fut présentée au Temple comme jeune fille pour aider à tout ce qu’il y avait à faire dans ce lieu ; elle y passait beaucoup de temps tout en priant et en méditant la Parole du Seigneur. Voici qu’aujourd'hui un ange lui apparaît et, évidemment elle est extrêmement surprise, interrogée même ; l’ange la rassure : « Ne crains rien » et il lui annonce qu’elle donnera naissance à un fils qui s’appellera Jésus et sera le Fils du Très-Haut. Nous chantons dans le tropaire : « Le salut commence en ce jour » mais il commence d’une manière un peu inattendue, extraordinaire justement ; et Marie s’en étonne : « Comment peut-il se faire humainement ? » ; l’ange lui répond ; la réponse sur le plan intellectuel n’est pas vraiment compréhensible mais sur le plan de la foi c’est là que tout se résout : la réponse est juste et Marie n’a plus rien à dire que cette parole extraordinaire : « Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole ». Voyez comment cet évènement qui est un évènement clé puisque nous disons : le salut commence ; Dieu en mettant Adam et Eve hors du paradis et sur terre pour qu’ils apprennent de nouveau a être en lien avec Lui, avait déjà pensé au salut ; Il nous voulait pas que l’homme soit rejeté de son amour et voilà que maintenant se manifeste cette décision mais sous une forme – même si elle est un peu particulière – tellement humble. Le Seigneur aurait pu pour notre salut faire tout autre chose : décider que Lui-même Il descendrait sur terre ou bien une multitude d’anges viendraient nous apprendre que nous étions sauvés mais Il choisit quelqu'un d’entre nous : une jeune femme pleine de sagesse, pleine d’amour de Dieu, connaissant la Parole de Dieu et remplie d’humilité ; pour la rassurer l’Ange lui dit : ta cousine est enceinte, elle aussi, miraculeusement. Cela peut la rassurer éventuellement mais je ne pense pas qu’à partir du moment où elle a dit : Je suis la servante du Seigneur, il y ait eu quelque inquiétude. Dieu est humble, parfaitement humble et c’est pourquoi il a choisi de manifester ce salut de cette manière en choisissant une humble personne, parfaitement humble, de chez nous, de notre famille, de notre nature humaine et le salut commence. Ce oui de Marie est important parce que c’est le oui de toute l’humanité qui est dit à ce moment-là en notre nom par quelqu'un de notre humanité, la Vierge Marie. Et ensuite tout se déroulera, comme nous le savons, jusqu’à la Résurrection du Christ et l’Ascension mais tout se fera toujours dans l’humilité, l’humilité de Dieu, l’humilité du Christ que nous méditons ; l’humilité qui est si difficile pour nous parce que nous sommes atteints par la racine de l’orgueil qui est difficile à déraciner, il y faut tout une vie. St Sophrony disait : « On ne vit pas en chrétien on meurt en chrétien » car au moment où l’on meurt l’orgueil s’éteint, c’en est fini. L’humilité, nous devons profiter de cette fête de la Mère de Dieu, l’humilité nous devons la demander pour l’obtenir, pour la vivre car tous les jours nous avons l’occasion d’être humbles et tous les jours nous en sommes empêchés par l’orgueil qui peut remonter à la surface, pas systématiquement justement car nous sommes libres, nous sommes libres de dire « oui ou non » ; oui et c’est fini ou bien « oui, mais, à condition que » etc. ou carrément « non » ; et il nous faut la grâce du Seigneur, la grâce de l’humilité de Dieu dans laquelle nous allons puiser comme dans un puits qui n’en finit pas de donner de l’eau.
Que le Seigneur, par l’intercession de sa Très Sainte Mère, nous donne accès à cette eau vive, à cette humilité, à notre salut.

Amen