Monastère Saint Silouane

Mystère du Salut

6/1/2021 Théophanie Mth III, 13-17

A
u nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen
« Laisse faire car c’est ainsi que doit s’accomplir toute justice ». Voilà la réponse que Jésus donne à Jean le Baptiste qui refuse de baptiser le Seigneur, à juste titre. Alors quelle est cette justice dont parle le Christ ? Et bien nous le savons, cette justice c’est l’amour de Dieu, c’est la miséricorde de Dieu car bien évidemment le Christ n’avait pas besoin d’être baptisé, Il n’avait pas besoin d’entrer dans un baptême de repentir, Il n’avait jamais péché et Il n’a jamais péché ; et là où se situe cette fameuse justice, se situe le mystère de notre salut ; en effet, le Christ va accepter d’être plongé dans les eaux du Jourdain et Jean va accepter de Le baptiser, de Le plonger dans des eaux souillées, souillées par tous ceux qui avant sont venus vivre ce baptême de repentir et ont lavé dans une eau lustrale toutes leurs fautes, tous leurs péchés qu’ils ont laissés dans les eaux du Jourdain ; le Christ se manifeste au milieu de nous en se plongeant dans les eaux du Jourdain, les eaux souillées du Jourdain par notre péché ; ressortant de là Il porte sur son corps, dans son humanité, les conséquences de toutes nos fautes ; voilà la justice du Seigneur, voilà comment elle se manifeste ; c’est évidemment surprenant comme tout ce qui se lit ou qui s’entend dans l’Evangile ; nous sommes dans une perspective inversée comme dans l’icône ; nous sommes dans l’illogisme mais Dieu n’est pas logique, c’est nous qui cherchons à être logique : la logique c’est la raison mais Dieu n’est pas raisonnable, par contre Dieu est amour ; Il confirme cet amour lorsque Jésus est plongé dans les eaux et qu’on entend cette voix : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui J’ai mis toute ma confiance ». Autrement dit le Père nous manifeste l’intention divine de nous sauver par l’amour et plus particulièrement par l’amour du Christ qui par son Incarnation en prenant notre nature humaine prend toutes les conséquences de nos fautes et de nos faiblesses. C’est quelque chose d’extraordinaire, de merveilleux qui s’accomplira dans une autre descente, la descente aux enfers, au moment de Pâques où Jésus descendra au milieu de tous ceux qui attendent le salut en plénitude et qui sont retenus par leurs fautes ; la libération sera alors totale pour tous les hommes de la terre s’ils le veulent. Ce mystère est grand bien sûr, il dépasse tout entendement et pourtant nous allons voir, au fur et à mesure que la vie du Christ va se dérouler que c’est bien cela : le Christ vient prendre sur Lui, dans notre nature humaine qu’Il accepte de revêtir, Il vient prendre sur Lui toutes nos faiblesses et nous montrer qu’Il veut nous en libérer ; Il le montrera par des miracles qu’Il accomplira sur ceux qui souffrent physiquement, moralement, psychiquement, Il le montrera par son exemple et par sa Parole ; Il nous enseignera de telle sorte que nous comprenions qu’Il est amour, qu’Il est miséricorde, que cet amour et que cette miséricorde vont jusque-là ; nous sommes sauvés par le Christ : le mystère du salut qui prend sa plénitude, son envol ; quelle chance nous avons, nous les chrétiens de connaître que le Christ est venu pour nous sauver ; quelle chance nous avons de vivre cette connaissance ; Est-ce que nous en profitons ? Est-ce que nous en avons une conscience suffisamment vive à chaque fois que nécessaire car il est indispensable pour que tout cela fonctionne que nous accueillions cette miséricorde, que nous accueillions cet amour, que nous acceptions de voir le Christ nous aimer au point de se revêtir de notre orgueil (sans être orgueilleux) et des conséquences de notre orgueil ; il n’est pas facile de se libérer de l’orgueil, seul c’est impossible, c’est pour cela que le Christ est venu pour nous dire que pour nous c’était impossible mais que pour Lui c’était possible et que par son humilité il allait détruire notre orgueil, définitivemen,t sur la croix et par la Résurrection.
Oui ce mystère du baptême du Christ est grand : il nous fait connaître, il nous fait comprendre la densité de l’amour de Dieu – mais est-il possible de vraiment comprendre cette densité ? – en tout cas il nous permet de l’aborder et la comprendre suffisamment pour que nous puissions chacun à notre tour nous tourner vers Lui et lui demander d’avoir le bénéfice de cette plongée dans les eaux du Jourdain. Rendons grâce à Dieu, rendons grâce à Dieu pour ce grand mystère d’amour qui fait que tous nous pouvons être sauvés même ceux qui ne connaissent pas Dieu mais notre responsabilité de chrétien – je vous l’ai déjà dit – c’est de porter le monde entier aux pieds du Christ, c’est de dire au Christ : « Prends nos frères, nos sœurs qui ne te connaissent pas encore, qui peut-être ne te connaîtront pas sur cette terre mais prends-les dans tout ce qu’il y a de bon en eux qui est le reflet de ta propre bonté, ta propre beauté ; c’est notre responsabilité ; nous devons souvent penser à prier pour le monde qui a tant besoin d’être sauvé. Lorsque le Christ s’élèvera lors de l’Ascension, Il sera mis à la droite du Père mais Il ne s’élèvera pas tout seul, Il nous entraînera derrière Lui, progressivement, pour que nous aussi un jour nous soyons dans la contemplation éternelle de l’amour de Dieu. Que le Seigneur nous donne de vivre ce désir de contemplation, qu’Il nous donne cette possibilité de faire appel à Lui à chaque fois que nécessaire pour nous et pour le monde entier.

Amen